Omra Ramadan 2022 : La grande répétition avant le Hajj #1/2

Nous sommes le 9 Mai 2022, j’écris ces quelques lignes depuis mon siège 38A à bord du vol SV127 reliant Jeddah à Paris, nous rentrons de notre Omra Ramadan.

Initialement, il n’était absolument pas question pour moi de faire des récits de ce voyage, il y a 2 raisons principales à cela : une Omra Ramadan ne s’y prête pas (il n’y a quasiment rien à raconter lol) et puis il faut admettre que j’ai un peu perdu la main avec ces 2 années de suspension (ma dernière Omra en groupe date de Décembre 2019).

L’inspiration de revenir sur ce séjour particulier est née dès la veille du départ, puis il s’est passé tellement de choses que je ne pouvais plus repousser cette envie insistante d’immortaliser cette Omra par un récit de voyage.

Pour profiter pleinement de mon séjour et ne pas être distrait par l’écriture, j’ai reporté cette dernière à aujourd’hui, jour de mon retour à Paris.

Cette Omra, dans l’ensemble, m’a beaucoup rappelé le Hajj (en termes de galères, de coups de chaud, de choses vécues sur place etc), c’est la raison principale de ce récit de voyage.

Genèse du projet de cette Omra Ramadan 2022

Comme tous les musulmans du monde nous vivons depuis plus de 2 ans maintenant avec les yeux braqués sur la Mecque et Médine et avec une question majeure : Y aura-t-il le Hajj cette année ou pas ?

Depuis Septembre 2021, l’Arabie Saoudite a commencé à s’ouvrir et donner la possibilité aux étrangers de venir accomplir une Omra dans des conditions organisationnelles, certes, assez contraignantes mais c’était pour nous une énorme avancée. A partir de là, tous les rêves étaient permis concernant le Hajj 2022.

Je ne sais pas si cela se ressent dans mes précédents récits de voyage et plus généralement dans mes articles, mais il faut savoir que même si je suis toujours très content et reconnaissant envers Allah d’aller en Omra c’est bien le Hajj qui fait trembler mon cœur et qui monopolise mon être.

Avec l’incertitude qui accompagnait le Hajj 2022 (sera-t-il autorisé pour les pèlerins extérieurs à l’Arabie Saoudite ou non), je ne comptais pas du tout partir en Omra d’ici là, et encore moins d’organiser un séjour en groupe. MAIS

Mais il y a eu une série d’indicateurs positifs concernant le Hajj depuis le mois de Janvier (en bruits de couloir à ce moment), ajoutez à cela le fait que les autorités saoudiennes aient officiellement annoncé l’ouverture de la Omra Ramadan aux pèlerins du monde entier.

A ce moment, je me suis dit : « Sami, tu devrais partir en Omra durant Ramadan inchaAllah, il y aura forcément beaucoup de monde et tu verras concrètement comment les choses sont gérées sur place, c’est une sorte de répétition grandeur nature de ce que pourrait être le Hajj cette année »

C’est décidé, je mets la ferme intention d’y aller et j’en parle à des amis potentiellement intéressés, je vous passe les détails mais d’un pote ou deux (comme en octobre dernier) on en est arrivé à un groupe de 24 personnes mdr (les potes, les potes des potes et la famille des potes). Alors que d’habitude je m’y prends au moins 6 mois avant pour organiser un séjour, là, tout s’est fait en moins d’un mois et demi, mais voilà quoi, c’est une Omra « entre potes » sur laquelle je n’ai quasiment pas communiqué.

Ce qui a fait exploser le nombre de pèlerins pour cette Omra Ramdan

Deux à trois semaines avant le début du mois de Ramadan l’Arabie Saoudite fait une énorme annonce :

L’essentiel des restrictions appliquées jusque là est levé, concrètement :

  • Le vaccin anti-covid n’est plus exigé
  • Pas même le PCR avant le départ
  • Plus aucune restriction d’âge
  • Plus de distanciation sociale aux 2 mosquées sacrées
  • Plus besoin de « réserver » son créneau sur l’appli Eatmarna pour accomplir sa Omra

A partir de cette annonce ça commençait à sentir super bon le Hajj J et donc je devais vraiment y aller pour me « refaire la main » sur le terrain, et le moins que je puisse vous dire, c’est que j’ai tellement galéré durant cette Omra, que j’en étais super fier et content, ça voulait tout simplement dire : « Sami, t’as rien perdu en ces 2 ans, tes galères habituelles au Hajj sont toujours au rdv lol »

Quelques jours plus tard, la nouvelle la plus attendue e st arrivée : le Hajj 2022 sera bel et bien ouvert aux pèlerins du monde entier.

La veille du départ

Notre départ étant prévu le samedi 23 avril de Paris, nous avons décidé mon pote et voisin Imad et moi de partir la veille et dormir chez Brahim (Hajj 2019) dans le 95 histoire d’être déjà sur place et proches de CDG.

Nous arrivons à la gare de l’Est à 22h30 et dans ma tête le programme s’annonçait comme suit : 23h on est chez Brahim, vas y on reste avec lui une petite heure et minuit on dort tellement on était claqués, mais ça, c’est la théorie mdr

Dans la pratique :

Une queue de dingue pour acheter un ticket de train (la ligne H) à la gare de l’Est, je n’ai jamais vu ça à 22h30, l’épreuve de patience avait déjà commencé 🙂

Une fois nos tickets pris, on prend le métro pour la gare du Nord d’où on devait prendre notre train. On passe les portes automatiques, on se dirige vers les quais et là on passe devant un homme posté là comme un robot, aucune expression faciale, le regard vide et lointain et qui ne fait que répéter : il n’y a plus de train, il n’y plus de train, il n’y a plus de train etc. comme une machine qui aurait buggé et qui ne fait que répéter la même phrase.

Je vais être honnête avec vous, je ne pensais absolument pas que c’était quelqu’un qui travaillait à la gare, je pensais que c’était une personne soit ivre soit déficiente. On arrive au quai et on voit qu’il n’y a en effet aucun train, on regarde sur les écrans le premier est à 06h du matin.

Là, on comprend que le gars disait vrai mdr, et c’était bien un staff de la gare.

On se renseigne et on nous explique que c’est vraiment mort. J’appelle Brahim pour le mettre à jour et on change d’itinéraire : viens on prend le RER B, ou même le D, et bien vous savez quoi ? plus aucun RER n’est en circulation.

J’appelle encore une fois Brahim et là il craque en me disant mdr :

« Il y a des RER TOUTE L’ANNÉE tard le soir, surtout un vendredi, le jour où toi tu viens à Paris la veille d’un samedi y en a plus, t’as fait quoi aujourd’hui sérieux ? »

Bref, vous la sentez s’installer doucement l’ambiance « Hajj » ? l’ambiance où toi tu prévois des choses mais ça se passe rarement comme t’as prévu ? l’ambiance où tu enchaînes, crescendo, les situations où tu dois faire preuve de patience ? lol

Bon, je dis à Brahim laisse tomber, c’est tranquille, on va prendre un Uber. J’en commande un et c’est un « Tahar » qui accepte la course. 15 min plus tard il m’envoie : je suis arrivé !

Moi dans ma tête : ou je suis aveugle ou il raconte n’importe quoi le bonhomme. Car je suis dans une rue déserte, y a pas le moindre véhicule à l’arrêt. D’un coup il m’appelle et commence toute une pièce de théâtre :

Lui : t’es où je te vois pas ?

Moi : bah je suis là où j’ai commandé le Uber, j’ai pas bougé de ma place (je lui donne le nom de la rue et le numéro même)

Lui : ah non, moi j’y suis et je peux te dire qu’il n’y a personne à l’adresse que tu as renseignée

Moi : je n’ai rien renseigné du tout, j’ai activé la localisation, je vois sur la carte que t’es là mais je te vois pas

Il me donne des indications que je ne vois absolument pas et je lui en donne qu’il ne voit pas non plus, puis il me sort : redis moi le nom de la rue que je regarde sur google map

Et là, le truc de dingue a lieu :

Lui : ah mais non, on est loiiiiiiiiiiiin l’un de l’autre, il a dû y avoir un bug sur Uber c’est pas possible

Moi : comment ça on est loin l’un de l’autre ? donne moi le nom de la rue où tu es !

Vous êtes prêts ?

Quand je vois le nom de la rue mdr, le gars était à 20m de nous mais dans la rue perpendiculaire à la nôtre (je vous rappelle qu’il m’a sorti : « on est loiiiiiiiiiiiin l’un de l’autre »)

Lmouhim, on monte : assalamou alaykoum wa alaykoum assalam, puis il nous enchaîne : je suis vraiment désolé je ne connais pas très bien Paris même si j’y vis et travaille depuis 30 ans, je ne suis pas à l’aise avec toutes ces applis et maps, moi je fonctionne aux cartes Michelin (sans commentaire pour quelqu’un dont le métier est de faire du Uber)

Détail important (vous comprendrez pourquoi dans quelques instants mdr) : toute la discussion avec le gars est en dialecte algérien lol

Bref, là il est plus de minuit et on est encore à côté de la gare du Nord, le plan minuit on dort est déjà obsolète J

Sur le trajet, je discute avec le chauffeur de tout et de rien et à un moment il me demande : vous êtes algériens ?

Moi : non

Lui : mais si, je dirais même algérois t’as l’accent d’Alger

Moi : non, nous ne sommes ni algérois ni algériens

Lui : je suis sûr que si vous ne voulez juste pas l’assumer

Moi (dans ma tête) : il est sérieux lui ? y a un algérien qui n’assume pas d’être algérien ? mdr

Bref, j’étais fier de moi, je sais faire le caméléon et prendre des accents étrangers aux miens 🙂

Nous arrivons chez Brahim dans les coups de 00h45, là je me dis comme il est tard, vas y on s’excuse d’entrée de jeu et on demande à aller dormir tout de suite. Sauf que, lorsque tu rentres chez quelqu’un et que tu vois qu’il a posé un super grand plat de couscous et 2 bouteilles de Lben, bah dans ces moments tu te dis :

Nuit cramée pour cramée, au moins vas y viens on honore le couscous mdr

Le jour du départ

Après une nuit extrêmement courte, le rendez-vous était donné à CDG pour midi.

Dans l’ensemble tout le monde était là à l’heure. Mes potes viennent de Marrakech, de Casablanca, de Bastia, de Nice, de chez moi en Moselle, de Lyon, de Lille, de Marseille, de la région parisienne et de l’île de la Réunion.

1er coup de chaud, un vrai coup de chaud 🙂

Même pour un départ au Hajj, je n’ai jamais vu un enregistrement durer autant, sérieux, la queue s’étendait sur une bonne vingtaine de mètres et elle n’avait pas l’air de vouloir diminuer.

Pour ne pas nous prendre la tête, j’ai demandé à tout le groupe d’attendre la fin pour nous enregistrer (histoire d’éviter de rester debout pendant 3h, j’exagère pas, c’était vraiment 3h).

Mais voilà quoi, arrive notre tour, tout le monde s’enregistre « sauf » une famille de 5 personnes. Il y a eu surbooking sur Saudia, ils ont vendu plus de billets que de sièges dans l’avion.

Quand je dis « coup de chaud », je parle de comment cela été vécu par la famille en question (bon j’avoue, pas tous, certains étaient ultra sereins, mais certains moins mdr). Cela s’est débloqué à la dernière minute et tout le monde a pu embarquer al hamdoulillah

Le vol Paris – Jeddah, c’était une blague, du jamais vu pour ma part

L’avion était un 787 Dreamliner de quasiment 300 passagers, ça va si je vous dis que sur les 5h30 de vol, pendant facilement 4h30 c’était le grand bazar ? des dizaines et des dizaines de passagers debout, en train de circuler dans tout l’avion, de parler, de rigoler à haute voix etc. Ça créait des bouchons monstres pour aller aux toilettes, pour aller prier (petite salle de prière à l’arrière), le personnel de cabine ne pouvait pas passer, ni rien servir correctement. Ça utilisait les toilettes, ça priait, et ça circulait dans tout l’avion le plus normalement du monde alors que c’était interdit (voyants port de la ceinture allumés).

Je trouve qu’ils ont du mérite et beaucoup de sang froid (je parle du personnel) car on leur parlait mal et on leur faisait des remarques désobligeantes parfois, et à aucun moment ils n’ont craqué.

Dans ce brouhaha tu ne pouvais ni te reposer, ni lire, ni te concentrer sur quoi que ce soit. Bref, la pire expérience de vol de ma vie. Point commun de toutes les personnes responsables de ce chaos général ? Ce sont des musulmans qui vont en Omra. Le petit nombre de non musulmans présents avec nous, qu’est ce que vous voulez que je vous dise ? Vous savez quoi, je ne dirai rien c’est mieux, mais chacun aura compris.

Je suis arrivé à Jeddah avec une migraine, et aujourd’hui encore, je ne digère toujours pas ce vol.

A Jeddah, l’improbable eut lieu

J’ai oublié de le préciser, nous sommes en état d’Ihram puisque nous commençons par Makkah, état d’Ihram donc un état de sacralité, en mode Talbiya normalement et focus sur le fait que l’on va à la rencontre de la Kaaba etc. Normalement t’es max niveau connexion avec Allah n’est-ce pas ?

Bon déjà le nouvel aéroport de Jeddah on en parle ou pas ?

Super agressif, me suis senti largué et déprimé, vous voyez le chaos dont je viens de vous parler dans l’avion ? Et bien c’était plus ou moins pareil du côté des arrivées à l’aéroport. Niveau sérénité, sur une échelle de 1 à 10 on était à 0.

A côté de mon groupe, il y en avait un autre qui allait dans le même hôtel que nous et qui avait son propre guide. Dans l’avion, ce guide est venu me voir quelques fois pour parler organisation (on se connaît depuis quelques années) et ce qui était prévu c’est qu’il sorte lui le premier pour aller réceptionner les 2 bus (son groupe et le mien) qui allaient nous ramener à Makkah.

Après avoir passé la PAF et récupéré nos bagages, je vais à l’extérieur et je vois l’autre groupe seul. Je leur demande où est leur guide et eux de me répondre qu’ils n’en savent absolument rien. Je ne m’inquiète pas et me dis qu’il est sûrement déjà parti valider les bus.

Un quart plus tard, je vois arriver dans ma direction 2 saoudiens :

Eux : assalamou alaykoum, est ce que tu es avec un tel (le guide en question) ?

Moi : wa alaykoum assalam, oui tout à fait

Eux : tiens, appelle le et regarde ce qu’il fait, les bus sont prêts depuis tout à l’heure mais lui ne s’est toujours pas manifesté

Moi dans ma tête (quoi ? mais attendez là, je suis sorti quasiment moi le dernier de l’avion, j’étais assis à la rangée 65 sur 66, il est obligatoirement sorti au moins 30 min avant moi)

Moi dans la réalité : ok

J’appelle le guide et là, mdr, le truc ultra improbable : il est encore coincé à la PAF (depuis facilement une heure) pour un problème administratif. Il me demande de prendre son groupe également et d’aller nous installer dans les bus le temps qu’il arrive.

Je vous la fais courte, il n’est jamais venu nous rejoindre et on a dû partir à Makkah sans lui. Le lendemain j’apprends qu’il a dû repartir en France pour régler son problème administratif.

Arrivés à notre hôtel une petite demi-heure avant le fajr, juste de quoi manger un truc vite fait et surtout de boire avant le adhan.

Tellement fatigués que j’ai demandé à tout le monde de prier le fajr à l’hôtel et de se reposer, rdv à 11h, pour aller faire notre Omra à proprement parler.

Mais ça, je vous en parlerai inchaAllah dans l’épisode #2 de cette Omra Ramadan.



Auteur : Sami
J'accompagne des groupes Hajj & Omra depuis 2005.J'ai ensuite créé ce blog en 2014 pour partager ma passion de la Mecque et Médine et partager mon expérience pour vous aider à mieux préparer vos Hajj/Omra.
S’abonner
Notification pour

5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Badr
4 mois il y a

Ah oui ce vol était vraiment coumic, je me rappelle avoir demandé du café à une hôtesse qui me dit est ce que vous pensez qu’avec ces clients on peut servir du café finalement elle a eu la gentillesse de me le ramener. Al hamdoulimlah et un GRAND merci pour Sami qui à travers ses groupes nous permet de rencontrer des personnes formidables et de tout âge.

Linda
4 mois il y a

Waouh!
Que dire, ça fait du bien de lire ce récit depuis le temps!
Mais juste en lisant, j’ai eu des sueurs froides devant tous ces imprévus!
Effectivement, cela ressemble vraiment aux galères d’un hajj…
Tu voulais te préparer, c’est fait

Espérons que celles du hajj 2022 soient plus soft, et au passage qu’Allah Facilite aux très select futurs pèlerins 2022

Belachqer
3 mois il y a

Salamaykoum à toutes et à tous je viens de lire ce poste tu m’as fait replonger dans mes souvenirs juste c’est 48h de voyage déjà c’était dingue lol et j’avais oublié certains trucs du genre le uber

5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x