[Hajj 2019] Les Chroniques d’Anne-Lise #8 : Médine, la fin du voyage

Bismillahi, ar Rahmani ar Rahim,

Subhanallah wal hamdulillah, ashhadou an la ilaha illa llah wahdahou la sharika lah wa ashhadou anna Muhammadan abdouhou wa rassoulouh , salla llahou `alayhi wa assalam

L’arrivée à Médine

C’est sur le célèbre chant traditionnel islamique «  Tala’ al-Badru ‘Alayna » repris par un frère au micro du bus que nous entrâmes dans Médine la lumineuse. Wouah, belle initiative ! Ça m’a plongée direct dans l’amour inconditionnel des Ansars pour le Prophète sallallahou `alayhi wa salam et leur dévouement incroyable envers leurs frères et soeurs muhajirouns. Cet amour réciproque qui a fait de cette cité une terre sainte de l’islam où repose Rassouloullah, sallallahou `alayhi wa salam.

[Hajj 2019] Les Chroniques d’Anne-Lise #8 : Médine, la fin du voyage

Je regardais par la fenêtre et je me disais « Subhanallah, je suis chez les Ansars… ». C’était fou de voir l’histoire de l’Islam se matérialiser concrètement depuis le début du voyage mais là à Médine, ça commençait très fort.

On est arrivé à l’hôtel qui est si proche de la mosquée du Prophète, sallallahou `alayhi wa salam, qu’on apercevait déjà quelques parasols, genre le bout d’étiquette qui dépassait du papier cadeau hhh. Ça a attisé notre excitation, on était bel et bien là, à deux pas de Rassouloullah . . . sallallahou `alayhi wa salam.

Distribution des chambres et petit passage au buffet du restaurant avant la petite galère de récupération des valises.

Ce n’était pas tant la livraison des bagages éparpillés sur 3 étages le souci mais plutôt les ascenseurs archi comblés qui n’arrivaient jamais ou arrivaient déjà plein à craquer. Et oui, nous étions dans un grand hôtel où logeaient plusieurs groupes dont le nôtre. Ça faisait du monde à gérer aux arrivées forcément, et ça nous changeait radicalement de notre petite résidence privative de Mekka. Al hamdulillah, je n’étais qu’au 2ème étage et je crois que je n’ai jamais pris ces ascenseurs de tout le séjour du coup.

Puis direction la mosquée du Prophète sallallahou `alayhi wa salam pour prier. Je tenais à bien m’apprêter pour ma 1ère entrée dans ce lieu saint où rayonne la présence de Rassouloullah sallallahou `alayhi wa salam, et là j’étais aux antipodes, plutôt fin de journée d’un déménagement lol. Je me suis donc contentée de l’esplanade, sous les fameux parasols, encore eux hhhh.

Certaines sœurs sont allées le soir même saluer notre bien aimé Prophète sallallahou `alayhi wa Salam, mais la plupart comme moi avions décidé de nous reposer et ne nous y rendre que le lendemain.

Az Ziyâra

Dès le réveil, la priorité était de prier Sobh évidemment et de saluer le Prophète sallallahou `alayhi wa Salam. Je suis donc partie à la mosquée avec mes 2 soeurs de chambrée pour la salat, puis on s’est rendu à la fameuse « az ziyara » (qui signifie visite en arabe) où l’on accomplit également 2 rakaat dans l’espace nommé « Ar Rawda ». Ce lieu se situe entre la maison du Prophète où il est enterré sallallahou `alayhi wa salam (maison de `Aisha radhi Allahou anha) et son minbar.  J’invoquais Allah de m’accorder le bien de cette visite et de me le bénir.

On arriva devant une file d’attente qui me paraissait toute petite, Al hamdulillah me suis-je dit. La sœur saoudienne chargée de l’organisation nous fit toutes nous assoir par terre. On s’assit.

Il y avait beaucoup de sœurs également assises dans la grande salle juste à coté et je pensais naïvement qu’elles venaient ici prier, lire le Coran et faire du dhikr parce que c’était proche de Rassouloullah sallallahou `alayhi wa salam. (Lol, des fois je suis à la limite de la stupidité quand même.)

Quant tout à coup, une sœur me passa par-dessus pour aller je ne sais où. Puis une deuxième, puis une troisième m’emportant presque le hijab, une quatrième qui me marcha limite dessus, (et aucun « excusez moi » de leur part bien-sûr), et voilà… bim badaboum, je me suis énervée, au point de me lever… au point de me disputer avec la suivante qui s’insurgeait que je l’empêche de passer soubhanallah.

Le ton est bien monté malgré mon anglais médiocre car mademoiselle « don’t push me » était américaine, et tout le monde nous entendait bien sûr, et donc Rassouloullah aussi… sallallahou `alayhi wa salam.

J’étais énervée et je ne comprenais pas ce qui se passait avec ces sœurs, mais en 2 minutes la situation m’avait bien bien bien gavée.

Là dessus, la garde saoudienne nous fit signe d’avancer et nous plaça dans la file d’attente des fauteuils roulants, à devoir s’assoir par terre sur le marbre froid pas très propre du coup. Je me suis assise de nouveau, au milieu des roulettes cette fois, contrariée d’avoir élevée la voix dans la mosquée du Prophète sallallahou `alayhi wa Salam, alors que je ne l’avais même pas encore salué.

A peine sortie du Hajj que je faisais déjà une belle boulette là. Les yeux rivés sur le sol, aux bords des larmes, j’enchainais les prières sur le Prophète sallallahou `alayhi wa salam pour me calmer. Je me fis la réflexion que j’avais invoqué Allah pour m’accorder le bien mais pas pour me protéger du mal. Subhanallah, à quoi bon demander le bien si on fait n’importe quoi à côté, me suis-je dit. Et bein voila, une leçon pertinente d’apprise au moins, al hamdulillah.

Je restais profondément vexée, dégoutée de m’être levée, de m’être énervée et je vous avoue que je le suis toujours en fait Pfff…. L’endroit où je tenais à être plus exemplaire que jamais, c’était bien ici, et les 3 personnes devant lesquelles j’avais l’envie et le devoir d’afficher le meilleur des comportements, c’était bien devant Rassouloullah sallallahou `alayhi wa salam et ses deux meilleurs successeurs Abu Bakr as siddiq et Umar Ibn Al Khattab radhi Allahou anhoum … et bein non ! moi j’ai ouvert ma grande bouche astaghfir Allahi al adhim . Arghhhh c’est terrible comme le naturel revient vite au galop, changer en profondeur, c’est pas facile.

Puis j’ai demandé si toutes ces sœurs entassées dans la grande salle à côté attendaient elles aussi pour rendre visite au Prophète sallallahou `alayhi wa salam . Les sœurs qui m’accompagnaient me le confirmaient bien-sûr. Je demandais pourquoi on était au milieu des fauteuils roulants nous, mais sans attendre leur réponse, je leur annonçais que je voulais partir, que je ne voulais pas rester.

Je n’étais même pas sur le point de rentrer pour la visite que déjà je m’étais embrouillée subhanallah. J’avais peur de m’accrocher de nouveau, de pas supporter la cohue, et surtout je me sentais vraiment très mal de ce qui venait de se passer. Je préférais m’abstenir. Je me suis dit qu’au pire, j’irais saluer paisiblement le Prophète sallallahou `alayhi wa salam dehors près du mur de sa mosquée qui finalement me séparerait de lui que de très peu. J’étais très affectée de m’être emportée mais c’était trop tard, c’était fait.

Nous sortîmes par une porte située quelques mètres derrière nous, qui donnait sur un chemin menant vers la sortie. Mais je vis tout d’un coup, mais vraiment en un clin d’œil, mes 2 consœurs s’engouffrer à contre sens sur ce chemin. Mes 2 acolytes remontaient la file de sœurs qui sortaient de Rawda … Elles avaient très vite et très bien compris ce qu’était ce chemin hhhh, alors que moi j’étais dans la confusion la plus totale de ce qui se passait autour de moi, mais en les voyant se faufiler le plus discrètement possible (ouais comme des voleuses en fait mdrrrr) j’ai compris où elles allaient.

Cependant, mon compte était déjà bon, j’allais pas me rajouter une fraude en plus. Oooooh … Je les regardais partir et je me suis dit que je ne pouvais pas faire ça. Je restais comme une idiote plantée au milieu. En attendant leur retour, j’en profitais pour demander à la surveillante saoudienne les horaires de visite pour les femmes afin d’organiser une nouvelle tentative le soir inshaallah. Quand elle me dit : «Tu es en groupe ?»

Moi : «non je suis toute seule»

Elle : «Yallah zid zid » me faisant signe de remonter le chemin jusqu’à Rawda, et donc jusqu’au Prophète sallallahou `alayhi wa salam, et Abû Bakr et Umar Ibn Al Khattad, radhi Allahou anhoum…

[Hajj 2019] Les Chroniques d’Anne-Lise #8 : Médine, la fin du voyage

Subhaaanallah, Yaaahhh Rabbi, je suis rien sans Ta miséricorde !! J’arrivais par la grâce d’Allah ta’ala devant l’étendue de tapis vert et ainsi je reconnue Ar Rawda. Subhaaaanallah, j’étais là alors que 5 minutes avant je renonçais et rebroussais chemin le cœur meurtri.

J‘ai prié 2 rakaat sur le bord des tapis verts, comme pour commencer par remercier Allah aza wa jal. J’osais pas avancer vers le Prophète sallallahou `alayhi wa salam. J’essayais de le situer et m’approchais timidement où se concentraient les sœurs qui à ma grande surprise n’étaient pas nombreuses. J’étais étonnée d’arriver si facilement jusque là. Je saluai le Prophète sallallahou `alayhi wa salam, et je saluai Abû Bakr et Umar radhi Allahou anhoum. En fait, je me trompais de sens et saluai Umar à la place de Rassouloullah et inversement.

Vraiment, j’étais impressionnée, déboussolée et toute émue en même temps. Les larmes roulaient toutes seules sur mes joues quand une garde saoudienne me dit de prier là et de partir de suite après. Je faisais 2 rakaat juste à côté des tombes. C’était si apaisant.

J’en profitais pour m’assoir un peu plus loin contre un pilier pour ne gêner personne et je demandais pardon à Rassouloullah… Pardon d’avoir élevé la voix et m’être disputé dans sa mosquée …. Sallallahou `alayhi wa salam. Je demandais également pardon à Abu Bakr et Umar radhi Allahou anhoum .

Je demandais pardon de ne pas réaliser où j’étais, ni devant qui j’étais, ni où je me trouvais, comme désemparée devant un si grand honneur que d’être devant Rassouloullah, Sallallahou `alayhi wa salam, devant Abu Bakr as Siddiq, devant Umar Ibn Al Khattab Al Farouq radhi Allahou anhoum. Non je ne me rendais vraiment pas compte et je ne savais pas comment me tenir, que dire …. J’étais confuse et je m’en excusais entre deux sanglots.

Je ne suis pas restée très longtemps, trop honteuse de ce qui s’était passé. J’ai refait 2 raakat et je pensais partir mais j’avais du mal à quitter cet endroit, quand j’ai aperçu un petit minbar qui signifiait la limite d’ar Rawda. Je priais 2 raakat à nouveau, juste derrière ce minbar, imaginant prier derrière le Prophète sallallahou `alayhi wa salam. J’étais dans le meilleur endroit du monde et tout mon être le savait et le ressentait, la mosquée originelle de Rassouloullah sallallahou `alayhi wa salam, où les meilleurs hommes ont posé leur front comme je le posais par la grâce infinie d’Allah soubhanahou wa ta’ala . Shukrulillah …

Ce fut un moment aussi grandiose que perturbant pour moi. Je suis ressortie vidée d’avoir tant pleuré, profondément émue, et froissée aussi de ce qui avait précédé. J’étais troublée, un peu de tout mélangé. Mais al hamdulillah, j’avais salué Rassouloullah sallallahou `alayhi wa salam, et j’avais pu lui demander pardon de la meilleure des manières, ainsi qu’à Abu Bakr et Umar Ibn al Khattab radhi Allahou anhoum.

Je ne suis pas retournée dans ce lieu pourtant si exquis. Vraiment pas envie de me confronter de nouveau à un mauvais comportement et beaucoup de honte peut être aussi qui m’ont dissuadé d’y revenir. J’en garde un souvenir extrêmement fort et singulier qui est gravé à tout jamais dans mon cœur malgré tout. J’y serais allée au moins une fois dans ma vie … shukrulillah !

Les visites

Nous n’avions que peu de temps à Medinah, 4 nuits mais 3 jours pleins seulement, alors le programme était ultra concentré.

Je devais faire mes achats de cadeaux car j’avais scrupuleusement suivi les conseils de Sami et je n’avais pas encore mis les pieds dans un magasin ! Al hamdulillah, excellent conseil !!!

J’avais pas prévu de faire des cadeaux en plus, seulement acheter des bonnes dattes et les offrir avec un peu de zamzam. Sauf que, soyons honnêtes, les dattes ne sont pas bonnes, toutes sèches et je me retrouvais à mastiquer plutôt qu’à déguster. Pas de dattes du coup et des cadeaux à penser en urgence. Ça m’a pris la journée.

Cependant, 3 jours étaient suffisants pour tout faire, surtout les 3 sublimes visites qui nous attendaient.

  • Médine

Le matin du marché aux dattes, Sami nous a fait une visite guidée des alentours de la mosquée prophétique. Un petit tour d’horizon carrément fantastique des évènements qui se sont déroulés ça et là, avec en prime la visite du musée du Coran traduite par ses soins.

  • Ouhoud

Puis on a pris des bus pour nous rendre en fin de journée à Ouhoud… Polalalala, coucher de soleil sur le mont des archers …. Que demande le peuple !

Bon, je ne vous dirais qu’une chose pour être brève, il faut le vivre, et il faut le vivre avec Sami.

Moi qui suis une amoureuse de sa Sira nabawiya, autant vous dire que là, j’ai été comblée, archi comblée même, et j’aurais voulu y rester toute la nuit à l’écouter sur ce fameux mont des archers si ça n’avait tenu qu’à moi.

Etre à Ouhoud avec Sami qui est un vrai passionné et qui raconte l’histoire de cette bataille comme si c’était la 1ère fois qu’il la racontait, c’est un moment suspendu dans le temps, un vrai voyage dans le passé au cœur de cet évènement historique. J’ai pleuré encore et encore et je n’étais pas toute seule devant la grandeur des personnages évoqués. Mais rien que d’être là et voir Ouhoud majestueux devant mes yeux, j’étais déjà ivre de joie car j’étais devant cette montagne à qui le Prophète sallallahou `alayhi wa salam avait parlé.

Anas ibn Malik a rapporté ce qui suit :« Un jour, le Prophète grimpa sur le mont Ouhoud avec Abou Bakr, ‘Omar et Outhman.  Le mont trembla.  Le Prophète dit alors (à la montagne): « Calme-toi, Ouhoud! Il n’y a sur toi qu’un prophète, un véridique et deux martyrs. »

Honnêtement, je manque de mots pour exprimer mon ressenti mais je suis honorée d’avoir participé à cette visite, d’avoir ainsi pu rendre hommage aux musulmans d’Ouhoud, à ses martyrs, et quel bel hommage rendu. Merci Sami.

  • Qouba

Puis nous avons fini par la visite de la mosquée de Quba, la 1ère mosquée que le Prophète sallallahou `alayhi wa salam a édifiée. Y faire 2 rakaats est un immense bienfait que j’ai pris le temps de savourer.  En fait, on rapporte que le Prophète sallallahou `alayhi wa salam avait l’habitude d’y venir, à cheval ou à pieds, tous les samedis et d’y faire une prière de deux rakaat. Il a conseillé aux autres d’en faire de même, en disant: « Quiconque fait des ablutions à la maison, puis va prier à la mosquée de Quba, aura une récompense semblable à celle d’une » Omra « .

[Hajj 2019] Les Chroniques d’Anne-Lise #8 : Médine, la fin du voyage

Mosquée que le Coran mentionne dans sourate At-Tawba comme étant fondée sur la piété et la dévotion (Masjid al-Taqwa):

« Un lieu de culte fondé sur la crainte d’Allah (At-Taqwa) dès le premier jour est plus digne de vous y tenir (pour prier), dans lequel se trouvent les hommes qui aiment se purifier. Allah aime les purificateurs. »

Qu’Allah nous fasse aimer la purification et nous compte parmi les purificateurs qu’Il aime. Amin.

Déjà le départ

Pas vraiment le temps de se poser que c’était déjà le départ. J’avais même pas encore lu un peu de Quran dans la mosquée. Je me suis empressée de bloquer quelques heures ce dernier jour pour savourer cela sereinement et dire au revoir comme il se doit à notre bien aimé Rassouloullah, sallallahou `alayhi wa salam et Abu Bakr et Uma radhi Allahou anhoum.

J’étais dehors, tout près du mur de la qibla de Rawda. J’ai pris tout mon temps, debout face à eux pour les remercier et les honorer le mieux que je le pouvais. Là encore, c’était difficile de partir… de quitter la meilleure créature que la terre ait portée.

Je saluais également de loin les habitants du cimetière du Baqî que je ne pouvais pas visiter. Tant d’illustres musulmans y reposent …. Qu’Allah fasse miséricorde et accorde le meilleur des plus hauts paradis à eux si exemplaires qui nous ont précédés et nous qui espérons les suivre… Amin.

Je suis rentrée à l’hôtel pour finir de boucler mes valises quand j’ai appris qu’une sœur récupérait tout ce qu’on voulait laisser pour les pauvres de Médine. Franchement, c’était nickel, on s’allégeait les bagages en faisant une bonne œuvre, magnifique ! Du coup, je laissais pleins de trucs comme mon savon noir et autres, jusqu’à mon sac à dos du Hajj qui sert aujourd’hui de cartable. #Happy !!!

Et voila, on devait déjà monter dans les bus pour l’aéroport et entamer les « au revoir » sur le trottoir avec Khalil et une partie du groupe qui partait sur un autre vol un peu plus tard. Les larmes coulaient chez les sœurs comme chez les frères, et je me suis dit que c’était court mais subhanallah qu’est ce que ça avait été intense tout ça ! Ouaip, vraiment c’est le voyage de ma vie !!!

Sauf que, à ce grand départ, il manquait à l’appel une sœur tombée malade en arrivant à Médine au point d’être hospitalisée, ainsi que sa fille et son gendre qui l’accompagnait.  Elle n’a rien vu de Médine, même pas la mosquée nabawiya, comme quoi rien n’est gagné d’avance. Tu peux être là mais si Allah décrète que tu n’en verras rien, tu n’en verras rien du tout.

Elle fut rapatriée avec ses proches plusieurs jours après notre arrivée à Paris et à ce jour elle est complètement guérie al hamdulillah !!

Je vous en parle parce que je veux témoigner de la super organisation de toute l’équipe autour d’elle. A commencer par Sami et Smaile qui l’ont visitée et qui ont été pleinement attentifs à solutionner la situation au mieux, de l’hébergement sur place après notre départ pour sa fille et son gendre jusqu’à leur rapatriement à Paris avec une logistique compliquée à gérer. L’équipe avec Oran voyages, notre agence du Hajj, ont été présents tout le long pour gérer les besoins. Je tiens à le dire parce que c’est super rassurant de voir que toute l’équipe est professionnelle et sérieuse jusque dans ce genre de galères. Voila pourquoi aussi, il faut bien choisir avec qui on part, sur des critères qualitatifs, des années d’expérience prouvées, certifiées. L’agence comme les encadrants doivent être capables d’assurer les arrières en cas de problème, et là franchement félicitations ! Puisque l’occasion m’en est donnée, je tenais à en témoigner.

Paris Charles de Gaulle

Escale à Amman où on a tous dormi me semble-t-il, surtout moi lol.

J’ai quand même pris le temps de savourer leur thé à la cardamone en rêvant de visiter cette autre mosquée sacrée qui était alors tout près, al Qods, un jour inshaallah 🙂

Mais retour sur le plancher des vaches comme on dit, j’atterrissais durement dans la réalité, ici c’était Roissy Charles de Gaulle qui nous attendait. Lol la chute hhhh.

Et là bah j’y avais pas pensé à cette douleur qui se préparait discrètement, mais en effet, il fallait tous nous quitter, après 3 semaines H24 tous ensemble, après plusieurs mois à ne vivre que pour ce voyage vers Allah… C’était l’heure du retour vers nos vies respectives , retour vers dounia.

Mais subhanallah c’est dingue comme je pensais pas du tout que ça pouvait s’arrêter tout ça. C’est un truc de fou parce que je suis du genre à pleurer une semaine avant les séparations. Je vis le drame avant qu’il n’arrive d’habitude et bah là, je pensais pas qu’il y avait une fin. Comme pour la Kaaba, je pensais pas devoir la quitter, je pensais pas quitter Rassouloullah sallallahou `alayhi wa salam, et bah là encore je pensais pas devoir quitter toutes mes Hajja et mes Hajj. Il y a certainement un avant gout d’éternité dans ce voyage me suis-je dit.

Mais après avoir récupéré nos valises et nos zamzam, après avoir écouté le discours d’au revoir de Sami et après moult accolades, polololo des larmes et des larmes et encore des larmes. Trop difficile de partir là.

Et ensuite, rebelotte, séquence émotion avec tous ces frères et sœurs venus nous accueillir avec du lait, des dattes et des gâteaux pour nous souhaiter un Hajj mabrour . Ohhhhhhh mais par Allah, c’etait fort et trop touchant cet accueil fraternel  fissabilillah.

Ce fut pour moi une immense surprise qui m’a fait super chaud au coeur. La Oummah était bel et bien au rendez vous de la fraternité qui doit la caractériser, avec cette lumière du Hajj qui rejaillissait sur tous! Enorme merci, qu’Allah vous bénisse et accorde à tous un Hajj mabrour, amin.

Le voyage n’était pas fini pour moi car je devais encore regagner Tanger puis mes montagnes du Rif où ma vie à Chefchaouen m’attendait.

Je fus accueillie chaleureusement par mes voisins et même par des touristes venues m’embrasser pour me souhaiter un Hajj béni. Ma sœur fillah a fondu en larmes en me serrant dans ses bras sur le palier de sa porte. Elle ne s’arrêtait plus de pleurer, et moi avec évidemment lol. Mais subhanallah, devant tous ces témoignages, je reste profondément émue.

C’est inexplicable ce que provoque le Hajj dans le cœur des croyants…. Et je vous souhaite de le vivre à votre tour encore et encore, et encore… Amin

wal hamdulillahi Rabbi al `alamin



Auteur : Sami
J'accompagne des groupes Hajj & Omra depuis 2005. J'ai ensuite créé ce blog en 2014 pour partager ma passion de la Mecque et Médine et partager mon expérience pour vous aider à mieux préparer vos Hajj/Omra.

16
Poster un Commentaire

5 Fils de commentaires
11 Réponses de fil
2 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Assetou

Salam aleykoum. Baraka Allahu fiki Anne lise pour cette chronique. Beaucoup de sentiments refont surface à la lecture de ton témoignage. Masha Allah

soufiane

Rien à redire. C’est difficile de se dire que c’est terminé et que la vie reprend son cours depuis quelques semaines, c’était tellement intense puis d’un coup ça s’arrête brusquement. Hajj mabrour incha Allah. BarakAllahou fik Anne lise pour ta chronique et sami et toute la team pour l’organisation que je recommanderai in cha Allah sans hésitation. @Sami, ne soit pas surpris si je t’envoie du monde lol.

Anne lise

Tu te rappelles quand on se cherchait gare du nord pour que je récupère les ihram des freres ? Subhanallah c’est allé trop trop vite à partir de là …. pouafffff faut pas atterrir, c’est ça le concept lol , faut repenser sa vie avec nos nouvelles « lunettes islamiques » comme dit Sami

Anne lise

Walaykoum assalam wa rahmatullahi wa barakatu Assetou, wa lahi barik fiki … Et tellement de sentiments accumulés en 20 jours de Hajj

Kawtar

Barakallahoufiki ma Anne-lise pour cette dernière chronique qui de nouveau nous transporte, nous renverse, fait couler nos larmes…
Je ne te remercierais jamais assez ( ainsi que notre frère Sami) d’avoir gravé à jamais nos souvenirs communs ….qd on te lit tout remonte soubhanallah…
حَفِظَكِ العَلِيُّ القَدير و جَعَلَكِ مِن عِبادِهِ الصَّالِحين

sam

Oh SubhanaAllah j ai eu l impression que c etait mon voyage… Ca se trouve que l on s est croisé moi aussi j etais au 2 etage lol…
Je confirme aussi Bravo a Oran voyage ainsi que ses accompagnateurs… Allah Les récompensent fi donia et fi ahira

Anne lise

Ah surement si tu prenais toi aussi les escaliers ^^. C’etait super pratique avec la salle du restau au 1er , hhhh. Franchement top l’hotel 🙂
T’étais aussi à la residence à Mekka ? Coup de coeur cette résidence perso , elle me manque lol.
Amin !!!

Rouguy Thiam-Sy

Idem, j’ai vraiment aimé cette résidence à Mecca 🙂

Anne lise

Ça manque

Bouchra

Je me lasse pas de lire et relire ta chronique Anne-Lise.. tous les souvenirs remontent à la surface, d’ailleurs je suis triste aussi que ces chroniques soient finies…
Merci, merci pour tout ces témoignages (et à Sami aussi), d’ailleurs j’ai usé le site lol et celui de autourdelislam aussi. Je suis repartie à nouveau à bord du voyage de la sira .

qu’Allah vous récompense et vous élève

Anne lise

Lol bah voila , j’ai pas de notifications pourtant je suis là moi aussi, entre partir en omra.com et sira que j’ai décidé de revoir également mashaallah hhhh.
Je viens d’annoncer que j’ai fait le Hajj à une soeur de Grenoble qui a juste fondu en larmes à l’évocation du Hajj, encore une subhanallah . Du coup je pleure moi aussi d’avoir eu la chance inouie de pouvoir vivre toute cette aventure divine . J’ai jamais ressenti aussi fort l’envie que l’autre vive ce que j’ai vécu….