Hajj 2015 : Chronique d’un pèlerin #7

Alors il y a énormément de choses à raconter depuis mon dernier récit, le principal c’est quand même le hajj. Mais à travers le récit il y a plusieurs choses qui vont vous paraître partiel voir partial surtout quand vous ne vivez pas la ou les choses. Mais comme dans toutes les épreuves, il y a un kheir parfois plus grand que ce que l’on pourrait s’imaginer. Bref, place à cette aventure hors du commun….

Day 1

Alors, pour le premier jour ou plutôt la première nuit, on se prépare psychologiquement à Mina, pour des raisons pratiques ou pas d’ailleurs on a tous un visu sur ce que représente Mina « Une série d ‘épreuves », mais ce que j’étais loin d’imaginer c’est que les épreuves allaient débuter avant le départ dans notre hôtel.

Il n’est pas très loin de 2 heures du matin quand on nous prévient qu’il est temps de descendre, dans la logistique je pense qu’on a des choses à revoir car il y a eu un léger problème.

Je faisais partie du groupe « BUS » avec les mamans, j’étais accompagné de Mimoun comme seul frère. Et c’est là que le problème logistique est survenu, car en plus de nos bagages, il y a le groupe des « Piétons » qui nous a aussi laissé leurs sacs et bagages, ce qui fait qu’à 2 heures du matin on se retrouve à charger le bus à deux enfin à plus car les mamans ont aussi donné un coup de mains. Le bus était plein, ce qui fait que nos sacs ont pris beaucoup de place et pour la première fois des 5 jours on commence le combat du Nefs, les gens nous reprochent la quantité de bagages dans le bus, ne comprennent pas pourquoi « 2 jeunes » étaient dans le bus quand on aurait pu y aller à pied ?!… Bref les 20 minutes qui nous séparent de Mina (13km) se passent dans ce climat pas très favorable mais avec Mimoun, on était à block niveau motivation et ce n’est pas ce genre de choses qui allait changer quoi que ce soit.

Du coup, on arrive à Mina et là on voit ce que beaucoup imaginent mais qui reste impressionnant c’est la quantité de tentes, il y en a à perte de vue. On descend du bus les bagages avec nous et là le défi de la tente commence, Sami m’a fait une seule demande, dès que vous arrivez prenez une tente qui puisse tous nous contenir, mais ce que l’on ne savait pas c’est que certaines personnes sont là depuis la vieille et que les places sont chères ici.

Place au deuxième combat du Nefs, « Les autres », composer avec un groupe de 40 est déjà une difficulté en soi car les gens ne tirent pas forcément dans la même direction mais quand on doit essayer de composer avec des gens qui n’ont pas la même éthique, la même manière de voir les choses, le même rapport aux autres simplement bah c’est une véritable épreuve pour ne pas littéralement péter les plombs. Ne pas oublier la raison qui nous mène ici est un excellent rappel, ne pas oublier les paroles de Sami aussi, surtout sur les ruses de Shaytan.

Bon après près de 3 heures sur place, on trouve une tente qui pourrait nous convenir le seul hic c’est qu’il y a 5 personnes en trop, sachant que dans d’autres tentes il y a 5 places on leur propose de changer de tente ce a quoi ils nous ont gentiment répondu que non il n’avait pas à le faire et que le seul fait de leur demander était insultant. Entre temps on s’est fait rejoindre par Sami et le groupe des piétons qui sous un soleil de plomb et après avoir marché 13km arrive très fatigué, après quelques échanges avec les personnes de la tente Sami arrive à les convaincre de changer de tente. Bon la vérité c’est qu’il nous en voulait grave, quelques petits mots de leur part a fini de nous convaincre de cela 🙂 .

Une fois cet épisode passé place au repos car Mina est très très très éprouvant physiquement et surtout moralement, le mot d’ordre est simple préparation du jour 2 le grand jour de Arafa.

Day 2

Le départ est prévu pour après le fajr pour le groupe des piétons et à 8H00 pour le groupe bus. Pour notre groupe les choses sont assez simples, on attend le bus sans trop de difficulté et on arrive à Arafat vers 9h30 le temps de prendre possession des lieux et là encore quel nombre impressionnant de tentes.

Quand je suis allé avec Sami en 3omra on ne se rendait pas trop compte de l’ampleur du site car de jabal ar-rahma on ne voit pas grand chose, je suis resté scotché par cela. Ce qui tranche avec Mina c’est qu’à Arafat les tentes sont beaucoup plus spacieuses et cela offre un vrai confort car il y a une chose qui par la suite va s’avérer un facteur important LA CHA-LEUR.

Autant au début cela était plutôt passable autant à mesure que la journée avancée, cela jouait énormément sur l’organisme et donc sur la concentration. En fin de mâtinée, le groupe des piétons arrive du côté de jabal ar-rahma et nous appelle au téléphone pour les récupérer afin d’arriver jusqu’au campement et vous savez quoi d’une chose simple et qui aurait dû durer 20 minutes, on a eu la version longue et compliquée de 2H30 sous un soleil de plomb (Sami vous détaillera cette mésaventure et sur l’effet qu’elle a eu sur le groupe des piétons.

Une fois tout le groupe réuni focus sur l’objectif de notre hajj le jour de Arafa et son mérite. On passe de lecture du coran à dou3a à clôture du coran avec dou3a. Il y a énormément de bruit et la chaleur bat son plein, il est très difficile de se concentrer quand on sait que c’est le jour le plus important de notre hajj voir même de notre vie cela peut très vite frustrer voir contrarier certains. S’il y a une chose que chaque pèlerin doit savoir c’est que même avec la meilleure préparation du monde pour les invocations et autre, le temps passe très très vite même trop vite. Le timing était du Dhor au Maghreb ensuite les piétons sont partis en direction de Muzdalifa (17km), nous avions la consigne d’attendre jusqu’à 21h00 pour prendre le bus et partir aussi pour Muzdalifa. La fatigue de la journée ayant eu raison de nous, nous nous sommes endormis jusqu’à 20h30 moment où un responsable nous réveille pour nous dire que le bus nous attend et que nous sommes les derniers, nous allons donc chercher nos mamans et allons au bus jusqu’ici pas de problème a l’horizon al hamdulilah, mais la fatigue est grandissante et ce n’est pas la nuit de Muzdalifa qui va nous permettre de nous reposer.

Notre arrivée s’est bien passée à Muzdalifa, le seul hic c’est qu’il n’y a pas une seule goutte d’eau et cela en plein désert et après avoir passé la fin de journée à dormir sans avoir pu boire la moindre goute fait que le sentiment de soif est encore plus important. Dans une moindre mesure pour nous les hommes c’est quelque chose qu’on peut gérer mais pour les mamans les organismes ont besoin de se régénérer et s’hydrater et cela encore plus qu’il fait très très chaud même de nuit.

Pour faire court, dès notre arrivée on nous a dit que les bus c’est après le fajr donc on avait juste à dormir jusqu’au fajr puis prendre le bus mais Allah en a décidé autrement.

Day 3

Au réveil du fajr, tout le monde se réveille en vrac, la nuit a été longue et dure très dure pour nos mamans, on se lève, on prie et on va en direction du bus. Dès notre arrivée dans la file, on se rend bien compte que cela va être long très long, le responsable de l’organisation nous annonce entre 3h30 et 4h30 d’attente et nous demande si nous sommes capables d’aller à pied jusqu’à Mina, les mamans répondent aussi par la positive et nous voilà partis pour 4km sans savoir où aller et comment y aller et surtout nous devions suivre un groupe qui avait une cadence très soutenue.

Et là encore Allah nous a éprouvé, car de 14 personnes le groupe s’est retrouvé en 7 5 2 et bien évidement dans ce cas de figure impossible de retrouver qui que ce soit, je me retrouve derrière avec la doyenne de notre groupe qui épuisée nous a fait un malaise, pas le petit malaise mais celui où on pense qu’elle va bientôt plus faire partie de notre monde.

Il faut savoir que je me suis retrouvé seul avec elle sans aucun moyen de communication avec les autres membres du groupe, j’ai eu extrêmement peur pour elle et j’ai surtout vécu une situation que je ne pensais pas possible ici. Des milliers de pèlerins quittent Muzdalifa en même temps il y a des jeunes et des moins jeunes, j’ai dû demander à une douzaine de personnes différentes de m’aider avec leur fauteuil à avancer jusqu’à Mina sachant que leur fauteuil était vide mais aucun et j’insiste sur le aucun n’a voulu m’aider ou bien même me donner un coup de main avec la maman au bord de la route. Cela m’a franchement dégouté du genre humain sur le coup je n’arrivais pas à en croire mes yeux comment des gens qui viennent dans le but d’adorer Dieu de faire un pilier de notre religion arrivent à ce point à rester insensible dans une telle situation…. Enfin Qu’Allah nous guide, j’ai pu finalement trouver un fauteuil pour rentrer à Mina non sans mal al hamdulilah.

On a laissé le groupe se reposer après autant d’effort afin de pouvoir partir après le Asr aux jamarates, pour le premier jet de 7 pierres sur la grande stèle. Du côté des piètons qui eux aussi ont quitté Muzdalifa en ce matin, ils ont pris la direction de Mina pour y laisser leurs affaires et passer par jamarates et ensuite rejoindre Makkah pour faire tawaf Sa3y et se couper les cheveux afin de sortir de l’état de Ihram du hajj. Ils sont revenus de Makkah dans la nuit et nous voilà tous réunis à Mina pour les 3 jours de Tachriq.

Day 4

Bon à Mina, il n’y a plus grand chose à faire à part attendre d’aller au jamarates pour la lapidation des 3 stèles. On avait prévu cela après le Asr, mais suite à l’incident survenu peu avant, l’organisation a changé et maintenant il y a des plannings pour s’y rendre en gros on ne pouvait y aller qu’après le Maghreb. On prie donc et nous voilà sur la route qui nous mène au jamarates. Pour la première fois les piétons et le groupe du bus se retrouvent pour une longue marche afin de pouvoir valider ce rite. Al hamdulilah malgré le monde cela s’est passé excellemment bien, on a pu rentrer sans aucune difficulté à Mina, le reste du programme c’est dodo jusqu’au fajr.

Day 5

Ce dernier jour est le jour le plus long car on savait quand il commencerait sans trop savoir quand on allait le boucler. Le mot d’ordre est simple, on prie le fajr et on va au jamarates dans la foulée, al hamdulilah cette partie s’est passée sans la moindre difficulté 1h40 aller retour pour être prêt à partir au plus tôt. Le bus en partance pour notre hôtel depuis Mina est prévu à 10h00 aussi et afin d’être sûr de ne pas le rater on prend de l’avance et on attend le bus depuis 8H40. Tout le monde est KO et cela se voit sur les visages de nos mamans… Le bus arrive et on monte sans trop de difficulté, le bus est à l’heure, il y a la clim, bref à ce moment tout est trop beau, sauf qu’une fois encore Allah nous a éprouvé, il faut savoir qu’entre Mina et Makkah y a quelques 13 kilomètres que nous avons fait à l’aller en 15 minutes, bah pour le retour, cela a plutôt duré 4H48 précise. Avec le nombre de retour de Mina, la majorité des grands axes sont fermés ou à sens unique afin de fluidifier les gens qui arrivent à Makkah. Dans la pratique on a juste tourné en rond pendant 4h48 sans pouvoir accéder à notre hôtel. Au moment où tout le monde abandonne lors de notre dernière tentative, l’accès vers l’hôtel s’ouvre et on arrive à notre hôtel en 15 minutes. Le retard accumulé nous empêche de pouvoir nous reposer comme on l’aurait voulu ni de pouvoir finir notre hajj dans la journée. A ce moment-là, la seule chose que tout le monde veut savoir c’est quand est ce que l’on va pouvoir caser notre tawaf et notre Sa3y afin de finir l’ensemble de nos rites et valider ainsi notre hajj.

Vu l’état de fatigue très avancé, j’ai essayé de faire cela le plutôt possible et on a choisi d’y aller après le 3icha, une fois l’heure arrivée on prie et on prend la route pour le haram. Il est 20h00 quand on quitte l’hôtel, on va pour faire le tawaf l’accès est difficile on attend donc un peu puis on y arrive sauf que dans le monde des causes on avait pas tous fait le job, il nous a fallu ressortir pour que certaines mamans puissent refaire les ablutions, là aussi en temps normal on veille à ce genre de chose mais avec la fatigue, je n’ai pas forcément été à l’écoute des mamans qui m’avaient pourtant prévenues qu’il fallait y aller.

On prend du retard mais al hamdulilah on commence tawaf sur le toit, ce qui en soit est une difficulté car le tour y est beaucoup plus long qu’ailleurs, il nous a fallu pas moins de 1H40 pour faire tawaf, de là direction Sa3y qui est assez vide mais les mamans n’en peuvent plus mais al hamdulilah on voit le bout du tunnel au bout de 1h20 on fini le Sa3y ce qui signifie qu’à ce moment précis notre hajj est terminé. Je ne sais pas ou plus quoi dire si ce n’est que je suis très très très très fier d’avoir pu assister les mamans durant tout ce hajj et je remercie le groupe du bus pour sa patience et tout le courage dont ils ont pu faire preuve. Ma femme fera le même récit du hajj mais de son point de vue alors à très bientôt pour la prochaine chronique.



Auteur : Sami
J'accompagne des groupes Hajj & Omra depuis 2005. J'ai ensuite créé ce blog en 2014 pour partager ma passion de la Mecque et Médine et partager mon expérience pour vous aider à mieux préparer vos Hajj/Omra.

6
Poster un Commentaire

6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Celine

Assalamou alaykoum,

La reaction des gens que tu décris ne m’étonne en rien.
Deja au quotidien c’est l’individualisme qui prime alors la bas avec des gens d’origines differentes qui plus est dans une situation de hajj…

Al hamdoulillah que tout le monde aille bien.
Qu’Allah agree votre hajj

Daouya

Moi je dit bravo a tout ses jeunes hommes ou femmes ils ont fait beaucOup de choses pour nous les mamans mai machaallah on a fait un hadj inoubliable en famille je pense qu’on est les meilleur machaallah meMe pour Tawaf el wadae ilyass hamza yacine sont venue toquer ds notre chambre on nous disant on veut des hassanat on vous prends au haram la on voit vraiment c’est quoi le coeur d’un musulmans je pourrai passer des heures a parler je dit juste merci merci a tout le monde et je pense que la separation va etre dure

Dalila

Slm A3laykoum
barakallahoufik pour ce magnifique recit. J en suis nostalgIque!

bint ahmad

J’ai lu et relu ce récit plusieurs fois, et à chaque fois j’en ai le cœur serré…Ton récit m’interpelle énormément Younouss. Sincèrement, je suis choquée de la réaction en face, en situation de Hajj qui plus est. Je sais ou plutôt j’imagine combien cela doit être éprouvant, Chaytan qui guette les pèlerins à tout instant, mais ce genre de comportement, c’est limite du laisser-aller…C’est de la non-assistance à personne en danger. Ca fait flipper comme on peut passer vraiment à côté de son hajj. On court après le Hajj, on court après les rites, on court après la sacralité des… Lire la suite »

Meriam

Salam alaykoum, Le cœur fendu d’avoir vu les pèlerins vider les lieux de Mecca et de MédinA, la poitrine serrée de vous avoir quitté à l’aéroport. Ouvrir une nouvelle page de sa vie est une bénédiction et Dieu nous le permet wa lHamdoulilah. On ne choisit pas ses compagnons de hadj, Dieu les écrème pour nous. Et si Allah donne le double à qui Il veut, je lui demande de vous le rendre à l’infini. BarakAllahoufikoum pour qui vous êtes et ce que vous avez fait pour nous durant ce hadj. Une mention spéciale à Sami 😉 En espérant vous… Lire la suite »

MERYEM

wA ‘alaykom salem wa rahmatou llahi wa barakatouh,
joliment dit ma chaa llah.
wa fiki, rabbi ijazikom egalement pour ce que vous nous avez apportez.
au plaisir in chaa llah.
meryem